P  H  O  T  O  G  R  A  P  H  I  E S






 

Nord - Chapitre II
Coucher le soleil


2019+,
Pas-de-Calais, France,
travail en cours.


   
   


   

Nord - Chapitre I
Ramasser la mer


2016-2018,
Pas-de-Calais, France,
travail en cours.

   
   



   

Dying Dogs

2018+, Écosse,
travail en cours.

  
  


        


La vie

2016+, 
Paris, France.

En 2016,
je commence à photographier
mon quotidien
dans la ville avec un petit appareil compact
qui tient dans la poche.
La vie devient
un journal d'images personnelles,

un carnet de dessins immédiats,
une collection de portraits de voisins et d'amis proches,
de rencontres étranges, d’objets en déroute
et d'animaux perdus,
le tout trouvé au hasard des rues
et des chemins de traverse.





Les corps flottants

2015-2018.

Récemment,
des « corps flottants » sont apparus
dans mes yeux :
taches, points et lignes,
comme des poussières,
qui se déplacent avec mon regard.
Mon téléphone portable,
un Sony Ericsson w810i vieux de douze ans,
a des « pixels morts » sur l'objectif
qui marquent les images
de taches plus ou moins prononcées.
Ensemble,
nous réalisons ces « images pauvres »,
paysages fantasmés,
autoportraits en voyageur,
minuscules éclats de temps,
comme autant de notes
prises à la volée
sur notre vieillissement mutuel.


   
   

    
    



Sunrise potatoes - Busan

2016, Corée du Sud.


   
   
    
    



Paysages noirs - Aotearoa

2015-2016, Nouvelle-Zélande.

En 2015,
je quitte la France pour la Nouvelle-Zélande,
sans but ni argent.
Je parcours les deux îles du pays,
du Nord au Sud,
de façon méthodique,
en auto-stop et en marchant beaucoup,
avec dans le sac à dos, une carte routière,
un appareil et quelques pellicules.
En chemin,
je trouve toutes sortes de petits boulots :
je plante des arbres, repeins des granges,
récolte des fruits, construis un barrage.

Sur ces routes du bout du monde,
l'appareil photo m'apparaît comme
l'objet fétiche d'une renaissance :
instrument de consolation,
compagnon de voyage,
guide intrépide à suivre hors des chemins tracés.
Je m'enfonce dans les recoins
les moins habités
et ramène ces paysages noirs,
impassibles et silencieux,
miroirs secrets tendus
à mon passage.