T  E  X  T  E  S










︎   Inviter le vent, inventer la vie    
        2018

un texte pour Catach Festival et le collectif Taon,
à propos de deux films que j’ai eu la surprise de faire.







︎  Acheminement vers un cinéma hors-les-normes 
        2015-2018

séance #3        déchets et art brut  /2018 
séance #2        humour et cinéma d’auteur-amateur  /2016
séance #1         films d’ateliers de centres psychothérapiques  /2015

textes consacrés aux séances de cinéma-hors-les normes,
extraits des catalogues du Festival des Cinémas Différents et Expérimentaux de Paris.

Ces séances posent la question de l’existence d’un “cinéma brut”, comme l’on parle d’un art brut,
échappant aux codes de réalisation et aux circuits de diffusion du cinéma, même expérimental.









︎   Cote, mon ombre aquatique
        2016

texte publié en ligne sur le site Derives.tv accompagné de deux films,
dans un dossier consacré au cinéaste et ami Philippe Cote.








︎   Le cinéma remoderniste : Histoire et théorie d’une esthétique contemporaine
        2014

document PDF reprenant in extenso mon Mémoire écrit entre 2013 et 2014,
dans le cadre d’un Master de Recherche en Etudes cinématographiques à la Sorbonne Nouvelle, Paris.

︎    240 pages au programme, n’hésitez pas à sauter directement de l’introduction à la conclusion.
            vous pouvez également télécharger le fichier avec le clic droit et y revenir plus tard.
            ici un résumé (en français et en anglais) de l’étude :


Résumé

    Le cinéma remoderniste se développe dans les années 2000 à la suite d'un courant pictural : le stuckisme. Il propose d'insuffler une nouvelle spiritualité au cinéma, de le dégager des contraintes liées au professionnalisme en le ramenant à la dimension de l'amateur. Contre l'art « contemporain » et le  cinéma « post-moderne » qu'il juge superficiel et égocentrique, le remodernisme se veut le retour d'un art « authentique », subjectif et personnel. La simplicité, l'erreur ou l'improvisation sont encouragées. Ce travail revient sur l'histoire de la constitution du mouvement remoderniste – depuis les Medways Poets de Billy Childish et Charles Thomson jusqu'au Manifeste du cinéma remoderniste de Jesse Richards, interroge ses sources et ses principes, présente les principaux réalisateurs et propose une analyse des films représentatifs. On découvrira une nouvelle génération de cinéastes expérimentaux, leurs films poétiques et mélancoliques, les collectifs et les projets qu'ils ont formés, on interrogera le sens du mot remodernisme et la place d'un tel cinéma dans notre époque.

Mots-clés : remodernisme, stuckisme, Medway Poets, cinéma expérimental, punk, spiritualité, amateurisme, cinéma transcendantal, cinéma underground


Abstract

    The remodernist cinema was born in the wake of the year 2000 arising from a pictorial movement : Stuckism. It proposes to inject a new spirituality into the art of cinema, to liberate it from its professional constraints by bringing it back to the realm of the amateur. Positioned against « contemporary art » and « post-modern cinema » which it finds to be superficial and self-absorbed, remodernism strives to return to an « authentic », subjective and personal artistic expression. Simplicity, mistakes and improvisation are all encouraged. This dissertation traces the founding of the remodernist movement – from the Medway Poets Billy Childish and Charles Thomson to the Remodernist Film Manifesto of Jesse Richards. It examines the origins and principles of remodernism, presents its principal filmmakers and offers an analysis of a range of representative films. We will thus find a new generation of experimental filmmakers, explore their poetic and melancholic films and the collectives and projects which they formed. We will inquire into the meaning of the word remodernism and the place of such a cinema in our day and age.

Tags : remodernism, stuckism, Medway Poets, experimental cinema, punk, spirituality, amateurism, transcendental cinema, underground cinema









︎   « Propositions pour une étude nivologique du cinéma : Immanence Deconstruction of Us »            2014

avec Théo Deliyannis, 13 p.
publié en ligne dans une version traduite en anglais sous le titre « Proposition For A Study Of Cinema As Snow – Immanence Deconstruction of Us » sur EFS Publications.com

Résumé

    Comme l'on écrirait l'histoire d'une montagne à partir d'un flocon de neige, l'on pourrait considérer l'examen d'un film à partir de sa plus petite unité plastique – le pixel. Une étude nivologique du cinéma prendrait ce minuscule pour point de départ d'une interrogation du médium.




Mark